in

Pays des Miroirs présente Chimen an mwen

Nous vivons une époque où la France se sent plus que jamais menacée dans son identité. La tentation est forte de se recroqueviller sur les valeurs dites « françaises ». Seulement, la politique coloniale de la France, ses appels à la main d’œuvre étrangère dans les années 60 ont modifié les caractéristiques de ce pays : aujourd’hui les français sont multiples dans leurs physionomies, leurs origines.

Dans ce contexte, quelles possibilités pour les français issus d’ailleurs de faire coexister leur « culture maternelle » ? La multiculturalité peut-elle être envisagée comme une ressource ? Comment l’aborder ?

Chimen an mwen pose un regard nouveau sur une question d’actualité brûlante. A partir des exemples des sociétés guadeloupéenne et martiniquaise, multiculturelles par nature, il ouvre des pistes de réflexion pour la France.

C’est ainsi que Pays des miroirs présente son projet de documentaire en faisant un appel au don sur le site de crowdfunding Kiss Kiss Bank Bank. Votre contribution pourrait permettre le tournage de parties essentielles au film, en effet l’équipe de tournage doit se rentre en Guadeloupe et en Martinique en février 2017 durant la période du carnaval.

 

Harry Eliézer, scénariste et réalisateur du film Chimen an mwen (Mon chemin), est né à Paris de parents guadeloupéens. Harry grandit dans l’Essonne en banlieue parisienne. Très tôt, il fait face au rejet, aux contrôles au faciès, aux injures qui tendent à lui faire comprendre qu’il n’est pas un français à part entière. Il se tourne alors vers ce qu’il suppose être ses racines. Au fil du temps, il s’aperçoit que ses parents connaissent mal l’histoire de leur famille et de leur île, la Guadeloupe.

L’État français, désireux d’accomplir son « œuvre civilisatrice » dans les colonies, avait exclu des programmes scolaires de l’époque ce qui était en lien avec la culture et l’histoire de celles-ci. Le créole était interdit à l’école. La méconnaissance de leur histoire a ainsi poussé des générations d’Antillais à agir comme des pantins dirigés par des forces inconscientes du passé.

Harry Eliézer devait avoir 17 ans quand la question identitaire s’est posée à lui de manière vitale :

« Mes parents me disent français de métropole et les regards me renvoient vers un ailleurs exotique, alors qui suis-je ? » dit Harry

Il interroge alors la musique, l’histoire, la psychanalyse, la littérature, des oncles, des tantes … et parvient à construire en partie le puzzle de son identité. De ses échanges et rencontres, en France comme à l’étranger, il comprend qu’il n’est pas le seul concerné, que cette question touche un grand nombre de personnes issues d’origines, d’horizons et de cultures divers.

Ce film retrace son chemin de réflexion en consacrant une place-clef à la musique : au-delà d’un parcours personnel, ce documentaire pose au sens large les problématiques de l’identité et de la multiculturalité.

 

À quoi servira la collecte ?

L’équipe va se lancer dans la recherche de financements (publics et privés) et contacter notamment des diffuseurs (France O, ARTE, France 5, etc.).

Pensé pour une durée de 90 minutes, le budget du film est évalué à 140.000 euros HT.

Avec les apports des producteurs délégués et le soutien de la Région Normandie (aide à l’écriture et au développement), nous avons réuni à ce jour 30% du budget, lesquels ont intégralement servi pour la première session de tournage en novembre 2015 et le montage du teaser.

Le teaser de Chimen an mwen

https://vimeo.com/173332727

Le réalisateur invité sur France Bleu (Novembre 2016)

Qu'est-ce que tu penses ?

1 point
Upvote Downvote

Total des votes : 1

Upvotes: 1

Upvotes percentage: 100.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

Vos commentaires sur Facebook

réactions

Écrit par Aya

Aya est rédactrice sur Sa Ka Fet Matinik. Originaire de Guyane, elle nourrit un amour profond pour la Martinique depuis son arrivée dans l'île à l'adolescence.

Ralph Souffrant un mannequin pas comme les autres

Chronixx – Majesty